dimanche 12 mai 2013

BATMAN - LE FILM

1966 Tout premier Batman adapté au cinéma devenu avec le temps un chef d’œuvre de la culture kitsch.
Adapté de la série du même nom, « Batman le film » n’est qu’un épisode étiré à 1h45 pour le cinéma. Peu de choses différencient le film de la série hormis davantage de scènes filmées en extérieur.
Quant au scénario, ils ont mis les bouchées doubles… Non triple… Non quadruple ! Pas un super-vilain, pas deux super-vilains, ni trois… Mais 4 ! Catwomanle Sphinxle Pingouin et  le Joker rassemblés contre notre Batman et son acolyte Robin


Ce film est bourré de bons moments de franche rigolade à condition d’être en mode second degré du début à la fin : Les enquêtes sont tirées par les cheveux, les bagarres sont mal chorégraphiées, les truquages sont grossiers, les personnages sont caricaturaux… Bref, du GRAND kitsch !


Notre héros Batman, un peu bidonnant dans son costume moulant, a l’attitude du mec qui s’est réveillé avec un torticolis. En effet, pas facile pour lui de tourner la tête pour la simple raison que celle-ci tourne sans que le masque suive puisque celui ci est relié à la cape, d’où cette position constamment droite et maladroite. Même sans ce défaut vestimentaire de masque et cape, on ne le sent pas très sportif voire un peu lourdaud dans les scènes d’actions. Par exemple, très drôle le petit saut ridicule, avec son collègue Robin, effectué à chaque passage d’une porte.

Et ce Robin ! Quel Robin de luxe ! « Saperlipopette ! » dit-il. « Nom d’une pipe en bois ! » dit-il aussi. Petit bonhomme dans son costume aux couleurs trop vives est tout au long du film surexcité. On le sent content, mais content, d’être le complice de Batman.
A part faire des petits bons que font nos super-heroes ? Nos 4 super-vilains ont kidnappés les membres de l'ONU afin de les réduire en poudre grâce à une arme permettant de déshydrater les corps humains, Batman et Robin vont déjouer leur plan. « Nom d’une pipe en bois ! »


Maintenant un petit jeu, regardez bien la photo ci-dessous de Burgess Meredith sous les traits du Pingouin. La suite se passe dans votre imagination : Vieillissez le d’une bonne dizaine d’années. De bonnes années bien fatigantes par contre. Donc cheveux blancs. Ensuite, son  l o  n   g   nez fin vous l’aplatissez. Puis, vous lui ôtez son sourire, son chapeau et son porte cigarette. Et vous voyez… Vous voyez… Non ? Personne ? Bon, je vous dis : Mickey Goldmill, l’entraîneur de boxe dans la série de films Rocky. Non ? Toujours pas ? Ben pourtant, si !


Très différent des adaptations cinématographiques suivantes (fort heureusement), le Joker nous rappelle les clowns de notre enfance. Il bondit, il est toujours joyeux, on l’imagine volontiers version : « Bonjour, bonjour les petits nenfants, comment ça va ? » Un grand moment de cirque. Alors que certains acteurs sont prêts à se transformer physiquement pour les besoins d’un rôle allant jusqu’à prendre ou perdre plusieurs dizaines de kilos, notre Cesar Romero a refusé de se séparer de sa moustache pour son rôle de Joker ! Amusant de voir sa moustache mal camouflée sous son maquillage.


Le Sphinx est le roi de l’énigme. Des énigmes dignes d’un bon vieux Carambar. Exemples (Attention spoilers) :

Que fait un végétarien devant une dinde bien rissolée ?
Robin : « Il l’avale bien goulûment. »
Qui pèse 200 grammes et dans un arbre est très dangereux ?
Robin : « Un moineau armé d’une mitraillette. »
Batman : « Maintenant, combinez vos 2 réponses : Quel genre de créature pourrait avaler goulûment un oiseau dans un arbre ? »
Tous ensemble : « Un chat… La femme chat ! »

Vous, chers lecteurs : « Une autre, une autre, une autre… »
Moi : « OK »

Qu’est ce qui est blanc en l’air et jaune blanc par terre ?
Robin : « Un œuf »
Comment partage t’on 17 pommes entre 16 personnes ? 
Robin : « On fait une compote de pommes »
Batman : « Des pommes en compote… C’est comme une sorte d’union par le mélange. Un œuf, c’est une merveille naturelle. Il contient à lui tout seul l’espoir pour l’avenir. »
Robin : « Quelque chose qui représente l’union pour l’avenir… L’organisation du monde uni !!!! »
Batman : « Précisément Robin ! »

Balèzes nos 2 super-heroes !


Miss America en 1955, Lee Meriwether dans le rôle de Catwoman est la seule à ne pas apparaître dans la série TV, elle remplace Julie Newmar et Eartha Kitt (2 actrices ont eu le même rôle dans la série Batman). Lee Meriwether  endosse le costume de la femme chat à merveille, très convaincante dans son rôle de séductrice-journaliste-russe.


(Attention Spoiler !) QUELQUES SCENES :
LA SCÈNE DU REQUIN.
Batman est attaqué par un requin de la famille des « made in Taiwan ». Après plusieurs droites, Batman demande à Robin la bombe anti-requins placée à coté des bombes anti-baleinesanti-raie-manta etanti-barracuda. Avant de passer la bombe à son chef, Robin nous fait une jolie figure sur l’échelle de l'hélicoptère tel un show d’acrobatie dans un cirque. Une fois la bombe entre les mains de Batman, deux petites pressions suffisent pour que le requin lâche prise pour finir par exploser car celui-ci était piégé. 


LA SCÈNE DE LA BOMBE.
Batman a des petits soucis pour se débarrasser d’une bombe. Où la balancer ? Pas sur des bonnes sœurs, pas sur une canne et ses canetons, pas sur un stock de bouteilles de gaz, pas dans une barque où se trouvent des amoureux, pas sur une maman promenant son bébé, pas sur une fanfare… Suspense !


LA SCÈNE D'ESCALADE.
L'horizontal devenu vertical pour donner l'impression que... 
Bref, une petite escalade. L'occasion pour Batman et Robin de parler des problèmes liés à l'alcool.



Batman – Le film est un pur bonheur. Un divertissent kitsch à voir absolument. Des scènes d’anthologie inoubliables. Idéal pour une soirée entre amis à relever la tonne de petits détails qui font que l’on ne s’ennuie pas une seconde. Installez vous bien confortablement dans un bat-canapé à manger des bat-pop cornKK&K vous assure d’un spectacle 4 étoiles !









(KK&K sur Facebook) à bientôt...


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...